Comment une cigarette électronique fonctionne-t-elle ?

Depuis son arrivée en France, la cigarette électronique fait un véritable tabac.

Très plébiscitée comme substitut à la cigarette classique, elle est choisie notamment pour éviter les risques pour la santé dorénavant connus de la cigarette jetable.

Toutefois, elle peut inspirer la méfiance de certains, principalement lorsque son fonctionnement est méconnu.

Voyons ici comment elle fonctionne, quels sont les mécanismes utilisés pour que l’utilisateur retrouve les sensations d’une cigarette, mais sans ses méfaits.

 

Les 2 parties de la cigarette électronique

 

Elle se compose toujours d’une batterie et d’un clearomiseur.

La batterie

C’est elle qui fournit l’énergie nécessaire pour chauffer la résistance contenue dans le clearomiseur.

Son intensité est généralement comprise entre 350 et 1300 milliampères.

Bien sûr, plus son intensité est haute, plus elle offrira d’autonomie et moins vous devrez la recharger.

La plupart des batteries sont cylindriques et ont une taille proportionnelle à celle du clearomiseur, elles offrent une autonomie moyenne.

Il existe aujourd’hui des batteries (ou Mod), contenant plus d’accu : elles sont plus grosses (souvent de forme rectangulaire) et offrent une meilleure autonomie.

Elles restent toutefois plus encombrantes dans une poche par exemple.

Les batteries à autonomie moyenne conviendront aux “petits” consommateurs de tabac ou aux consommateurs qui vapotent occasionnellement dans la journée en plus de leur consommation de cigarettes classiques.

Pour les plus gros consommateurs, une batterie à autonomie supérieure est préférable, dans l’objectif ne pas devoir sans cesse la recharger.

Il existe des batteries à voltage constant (la tension à la sortie est toujours de 3,7 volts) et des batteries à voltage variable (la tension à la sortie oscille entre 3,3 et 5 volts).

Pour recharger votre batterie, il vous suffit d’utiliser le chargeur adapté en le branchant sur une prise USB ou une prise secteur.

 

Le clearomiseur

C’est la partie haute de la cigarette. Composée de Pyrex transparent, c’est à cela qu’elle doit son nom de clearomiseur. Vous pouvez voir le système intérieur et la quantité de e-liquide restante.

Cette partie est constituée d’un drip-tip (c’est l’embout que vous mettez en bouche), d’un réservoir contenant les e-liquides et d’une résistance.

La résistance a une durée de vie assez courte et devra être changée toutes les 2 semaines environ.

Elle est formée d’un fil résistif et de plusieurs fils de coton. Ces fils de cotons entrent en contact avec le e-liquide dont ils s’imprègnent.

Lorsque vous appuyez sur le bouton, vous activez l’allumage de la résistance (via la batterie). À l’activation de la résistance, les fils de coton chauffent et entraînent la formation de vapeur.

La résistance offre une valeur de moins de 1 Ohm à 2,4 Ohms généralement.

Plus la valeur de la résistance est basse, plus elle produit de vapeur. Elle doit être en accord avec la puissance de la batterie.

Si vous utilisez une résistance trop  basse par rapport à celle de la batterie, vous pouvez ressentir un goût de brûlé désagréable en bouche. Si la résistance est trop basse, vous ressentez peu de goût.

Les drip-tips ont pour objectif de protéger vos lèvres de la chaleur. Il en existe là encore différents modèles avec des ouvertures plus ou moins larges en fonction de vos habitudes de consommation.

 

Les e-liquides

Les offres de e-liquides sont colossales. Il en existe pour tous les goûts.

Vous trouverez sur le marché des saveurs basiques, comme tabac par exemple, des saveurs plus fruitées, exotiques et plus ou moins gourmandes.

Les e-liquides ne contiennent pas les 4000 substances toxiques contenues dans une cigarette classique.

Ils peuvent contenir ou non de la nicotine (substance addictive), qui n’est pas toxique si elle est inhalée, mais seulement si elle est ingérée.

Ils ne contiennent pas d’arsenic, de cyanides, d’ammoniac ou encore de monoxyde de carbone et de goudrons.

Les e-liquides sont composés d’alcool éthylique, d’eau, d’arômes, mais aussi principalement de propylène glycol ou de glycérine végétale. Plus original, certain fabricants introduisent du CBD dans leur e-liquide. Cela peut donc être une alternative à l’achat de CBD traditionnel.

Sachez qu’il existe en France des normes strictes sur ces produits.

Informatruc.com